Tribune Libre

Etats Unies : Une gigantesque cyberattaquecontre des institutions gouvernementales

Etats Unies : Une gigantesque cyberattaquecontre des institutions gouvernementales

Par Nadir BAJOURI

Selon des responsables gouvernementaux américains des agences gouvernementales américaines font, semble-t-il, depuis la semaine dernière l’objet d’actions d’espionnage via des attaques cybernétiques dont l’origine serait probablement la Russie. Parmi les institutions qui ont étaient visées on y trouve le département d’Etat, du commerce, de la sécurité intérieure et les services sociaux de la santé.  La dernière de ces « attaques » était celle dont a fait l’objet le Trésor généralaméricain.

Lundi 21 décembre le sénateur américain Ron Wyden, membre à la fois des commissions des finances et  du renseignement au Sénat,  a affirmé, lors d’un briefing, qu’une vaste opération d’espionnage a visé les Etats Unies et que des dizaines de comptes de messagerie au sein du Trésor américain ont été compromis et que jusqu’à maintenant on ne sait pas exactement quelles sont les données qui ont été visées par les pirates. Il a qualifié ces derniers de « habiles » qui ont pu voler les clés d’encryptages des serveurs.

« Les pirates se sont introduits dans des systèmes de la division des bureaux des chefs de service, qui accueille les plus hauts responsables de service (…). Le Trésor ignore encore toutes les actions commises par les pirates ou quelles informations ont précisément été volées. »

Le sénateur a vivement critiqué et déploré le manque de préparation face à ce genre d’actions chez le gouvernement et ce malgré les avertissements des experts dans le domaine. Les pirates ont pu ainsi accéder et compromettre le logiciel Orion de la firme américaine SolarWinds  utilisé dans la gestion et la supervision des réseaux informatiques des grandes entreprises et administrations.

Pour les responsables américains il semble que c’est la Russiequi est derrière ces attaques, mais là les membres du gouvernement ne partagent pas tous le même point de vue, car tandis que les ministres des affaires étrangères Mike Pompeoet de la justice Bill Barr pointent du doigt Moscou, le président  Donald Trump rejette les accusations contre celle-ci, les qualifie de « fake news » et suspecte que la Chine pourrait être à leur origine selon lui, tout en laissant entendre que les machines de vote pourraient être parmi les cibles visées durant les élections présidentielles récentes.

« The Cyber Hack is far greater in the Fake News Media than in actuality. I have been fully briefed and everything is well under control. Russia, Russia, Russia is the priority chant when anything happens because Lamestream is, for mostly financial reasons, petrified of…. ».  Écritil sur son compteTwitter samedi dernier du 19 décembre 2020.

Le gouvernement russe a, de sa part, fermement démenti l’implication de Moscou dans ces attaques les considérant d’infondées et ressembles à un sens de russophobie.

« Toutes les accusations d’une implication de la Russie sont absolument infondées et s’inscrivent dans la continuité d’une russophobie aveugle, que l’on constate à chaque incident », a déploré lundi 21 décembre le porte-parole du Kremlin, tandis que L’ambassadeur russe aux Etats Unies a déclaré que « La Russie ne mène pas d’opérations offensives dans le cyberespace ».

Par ailleurs, le nouveau président élu Joe Biden a promis d’inscrire ces attaques sur son agenda et en faire une priorité dès sa prise de fonctions en 20 janvier 2021.

Afficher plus

Mohamed LOKHNATI

- lokhnati.map@gmail.com - GSM:0649484549

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page